Previous Page  8 / 40 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 8 / 40 Next Page
Page Background

\\e£Ý Biƒu

S. s

Eh oui, Many Spoken Words, la superbe

fontaine de Su-Mei Tse µui fait faire des ta-

ches D la canne de l½jcrivainI, vjritable

hymne D l½art et l½intelligence et D l½agressi-

vitj µu½ils suscitent, rjsume bien, D elle

seule, ce µui est D l½ uvre dans le choc des

cultures entre le peuple et ses ¹jlites“, dont

l½avmnement de Trump et l½enlmvement de

Lunghi sont les symptžmes. Les adorateurs

du premier mettent en doute les origines

amjricaines d½Obama, µuand les djtrac-

teurs du second s½inµuimtent de son nom

aux consonances mjditerranjennes.

Tout semble ktre dit sur la haine de la cul-

ture et de l½intellect µui a engendrj ces deux

symptžmes, ainsi µue sur les origines psy-

chologiµues et sociales de cette aversion.

Le paysan du Midwest vit, comme le ban-

µuier du Kirchberg, dans une socijtj µui

erre sans repmres, oÙ en politiµue l½extrkme

centre mou a remplacj la droite et la gau-

che, oÙ aucun curj n½ose plus interdire au

brave laboureur de moissonner le diman-

che, oÙ le m@le apprend le tricot dans les

jcoles Waldorf µuand la femelle se rebelle

contre le nom du pmre, une socijtj donc oÙ

tout un chacun devient, souvent D son

corps djfendant, son propre directeur de

conscience. La libertj de penser, mais aussi

la libertj de produire et d½exploiter µui va

avec, a remplacj le confort de l½autoritj. Et

la peur de la libertj, djnoncje par Erich

Fromm, s½est muje en angoisse devant on

ne sait trop µuoi, mais µu½on s½arrange pour

djguiser en haine de l½autre et de l½esta-

blishment. Car ne nous mjprenons pas sur

ces deux termes: l½jtranger µui vient du de-

hors est autant l½autre µue l½jtranger µui

vient du dedans. Les “jlites” sont ressenties

comme jtrange et jtranger au peuple tout

comme le juif, le musulman et le basanj.

L½ennemi intjrieur a changj de camp: ce ne

sont plus les classes laborieuses des ban-

lieues, mais les classes dominantes de

Washington et du Belair.

Freud a jlaborj sa psychanalyse dans une

socijtj patriarcale et autoritaire, dominje

par de multiples interdits dont la transgres-

sion, njcessaire et injvitable, a engendrj la

culpabilitj. Aujourd½hui, nous vivons dans

une socijtj sans Dieu ni mmtre (-jtalon) oÙ

la libertj engendre l½angoisse. Cette der-

nimre est le prix njcessaire (et fort) µue

nous payons pour notre (relative) libertj,

un peu comme l½impžt µue nous acµuittons

pour notre prospjritj.

Mais les populistes, justement, refusent

de payer cet impžt µu½ils promettent de

baisser, voire d½abolir. Tout comme ils refu-

sent l½angoisse µu½ils transforment en peur

de l½autre. Leur discours totalitaire djsigne

l½jtranger comme bouc jmissaire, l½jtran-

ger de l½extjrieur comme celui de l½intj-

rieur. Mais le pire des jtrangers n½est-il pas

l½artiste, le messager µui porte le funeste

message et µui pose sa crotte dans l½espace

public en djtournant les deniers collectjs

avec nos impžts¶ Admirons au passage le

courage de Lunghi µui expose les Cloaca de

Wim Delvoye D cžtj de la fontaine de Su-

Mei Tse.

Trump et Co nous proposent des carica-

tures d½autoritj auxµuelles le caractmre au-

toritaire, si bien analysj par Adorno et ses

collaborateurs, n½est µue trop content D se

soumettre pour faire taire son angoisse. Ce

caractmre, parfaitement rjceptif aux thmses

fascistes, atteint des scores staliniens sur la

fameuse F-Skala (jchelle du fascisme) et se

caractjrise par des tendances D l½autorita-

risme, l½agressivitj, le conformisme et la pa-

rano‹a. Celle-ci se djfinit par ce µue Freud

a appelj le stade sado-masochiste ou en-

core anal, c½est-D-dire par une jouissance

toute particulimre D, tour D tour, se soumet-

tre D l½autoritj puis de l½exercer avec toute

la cruautj imaginable et inimaginable. Wim

Delvoye vous resalue bien.

Les autoritjs caricaturales s½appuient sur

ces traits de caractmre en n½hjsitant pas D

recourir aux thjories du complot pour djsi-

gner les coupables µue l½on sait. La µues-

tion ne se pose donc pas sur la pathologie

de Trump µui a pourtant fait le bonheur trms

peu djontologiµue des psys de tout poil. La

puissante APA, l½American Psychiatric As-

sociation, a donc d× les appeler D la rjserve

.¨·u˜isžeb fe ;BsŒi£ƒÝ¨£ Bu iÏ\ŒReσ

.aæl 0aæ\ŒÓ

/uÌð BŽÝŽi˜ fe \¨žžu£ e£ÝÏe ˜Ìp˜e\Ýi¨£

fe 3Ïuž· eÝ ˜Ìp–e\Ýi¨£ fe u£ƒŒiÅ B

RqÝise eÝ ˜e ·¨·u˜isžez ˜s ¨£Ý |BiÝ ˜Ìu£ eÝ

fp|BiÝ ˜ÌBuÝÏec eÝ ˜B fp|BiÝe fe ˜B ·e£spe

B Ïež·˜B\p ˜B |qÝe fe ˜B ·e£spe Ýe˜˜e

que u£ƒŒi ˜Ì¨ÏƒB£ise –¨uÏ ·¨uÏ –¨uÏ

fB£s s¨£ MufBž½ BÏ ˜ÌBÏÝ eÝ ˜B ·e£spe

s¨£Ý \¨žže ݨi˜e eÝ ·i£\eBuc \¨žže

Ïð݌že eÝ žp˜¨fiec \¨žže ˜Ìe£\Ïe qui

–eÝÝe ˜ÌB£\Ïe suÏ ˜B ·Bƒe R˜B£\Œe½

Trum·¨·h˜es et ˜ung¨·h¨Resc

mqme \¨mRat