Previous Page  7 / 40 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 7 / 40 Next Page
Page Background

\\e£Ý Biƒu

S. ×

Nous pensons D cette masse silencieuse µui

votera contre le systmme europjen, la crise,

les migrants, tout cela digjrj de travers,

faute d½une conscience politiµue vjritable-

ment incarnje au pouvoir. A moins µue la

marge de man uvre soit D ce point rjduite

µue les prjsidents en exercice ne doivent se

contenter µue de commjmorations et de

deuils nationaux. Toujours est-il µue la va-

gue de populisme, incarnje en son com-

mencement en Europe par Berlusconi, µui

nous faisait rire jaune et µue nous voulions

comme un jvjnement isolj, a traversj l½At-

lantiµue et gagnj les Etats-Unis, en la per-

sonne de Donald Trump.

nÌiž·¨rte Äuel ·riïÅ

Il faut du rkve amjricain D n½importe µuel

prix. Et ce rkve-lD, si on commence D en

douter, djclenche des rjactions de djfi et

de rejet. Alors une µuestion se pose: la

montje du populisme et, ailleurs, de l½ex-

trkme-droite, est-elle un phjnommne inj-

luctable, auµuel il nous faudra apprendre D

rjsister, ou peut-on en inverser le cours¶

Cette dernimre hypothmse laisse sceptiµue,

tant ce µue l½on entend en France D propos

des prochaines jlections prjsidentielles fait

dire D la plupart: si Marine Le Pen ne passe

pas en mai, ce sera dans cinµ ans. Ce µui

voudra dire dix annjes de sacrifice, d½une

vie bancale, sans compter ce µue nous de-

vons djjD absorber aujourd½hui comme

ignominies, et µue nous ne digjrons pas q

mais µuand nous rjvolterons-nous¶ o Et

µue faire¶ N½avions-nous pas les prjmices,

ces dernimres annjes, de ce populisme, µui

fait dire D certains µu½une guerre est lente-

ment en train de se mettre en place¶ Et

l½ktre humain, dans le pire des cas, est telle-

ment douj pour la destruction µue, une fois

la machine folle lancje, il ne l½arrktera pas,

il attendra µu½elle dj-

raille pour mettre d½au-

tres systmmes en place.

Alors¶ Attendre la ca-

tastrophe annoncje¶

Une magnifiµue ex-

position, au Jeu de

Paume, dont le com-

missaire est l½historien

d½art et philosophe

Georges Didi-Huber-

man,

Soulmvements

(jusµu½au £5 janvier

20£Ç, place de la

Concorde), interroge la

notion de soulmvement,

de rjvolte, de cet es-

pace oÙ l½action s½orga-

nise en collectif, par

des individus jpuisjs de subir et µui enfin

se relmvent, se soulmvent, dans cette mobili-

sation des corps et des esprits tendus vers

un changement µui leur appartient. On ne

sait comment aborder cette exposition: elle

peut nous plonger dans la mjlancolie d½un

passj rjvolu, tant nous semblons rjsignjs

par ce µui se passe en Europe, ou alors son-

ner comme le frjmissement d½un djbut de

rjvolte, d½un espoir enfin perceptible; les

citoyens auraient enfin leur mot D dire. Au-

tre µuestion, assez palpable, µui blesse nos

consciences, car malgrj tout elle se pose,

une µuestion toute simple, assez innocente,

D laµuelle il est difficile de rjpondre: som-

mes-nous encore en djmocratie¶ Qui ap-

pelle une autre µuestion, encore plus sim-

ple: µu½est-ce µue la djmocratie¶

5n cðnisže BžRiBnt

Du point de vue de l½art, de la vie culturelle,

et de ce µue l½on propose comme modmles,

il y a eu ici et lD, aussi, des indices avant-

coureurs de cette obscjnitj capitaliste.

Mkme avec des kilommtres de concepts jus-

tifiant une telle cjljbritj, l½exposition, par

exemple, de Jeff Koons au Centre Pompi-

dou, par son mauvais go×t affichj, justifij

par un discours institutionnel, ce kitch

consommj D outrance et reproduit donc

par Jeff Koons ¶ on ne nous aura rien jpar-

gnj, y compris ses photos pornographiµues

avec la Cicciolina ¶ est un exemple du cy-

nisme ambiant, µui jrige en star le mauvais

go×t, conjuguj au go×t de l½argent, dans

une socijtj µui a perdu ses repmres et son

djsir de culture. Si vous ajoutez, dans un

tout autre jtat d½esprit, car lD il y a du fond,

mais un fond µui lui aussi, par bien des

jgards, correspond D la pauvretj de notre

temps, la Carte blanche D Tino Sehgal (Pa-

lais de Tokyo, jusµu½au £8 djcembre) oÙ

aucun objet ne figure, mais plutžt des as-

sembljes d½ktres avec lesµuels djambuler,

rire, chanter, cet jvjnement nous montre

combien, D notre jpoµue, le plus important

est de tisser du lien. Simplement du lien,

comme une immense communautj aux stj-

rjotypes occidentaux et internationaux,

oublieuse du reste du monde, plongje dans

une urbanitj oÙ tout est formatj. Mais pour

rire, danser et chanter, il ne faut pas ktre

jcrasj par son jpoµue. Or nous sommes

aplatis par les mauvaises nouvelles, la crise,

les guerres, dont la rumeur se propage D la

vitesse du son et de l½image. Nous sommes

saturjs. Apeurjs, nous ne rjfljchissons

plus, depuis notre caverne platonicienne.

Nous avons de grandes frayeurs et nous

consommons pour nous apaiser. Enfin, tel

est le programme mis en place pour nous

distraire du politiµue et d½un jventuel enga-

gement.

Et si nous sortions de nos grottes et de

nos diverses cachettes¶ Si nous jvitions le

repli sur nous-mkmes, µue se passerait-il¶

Eteignons nos postes de tjljvisions, faisons

cesser les clowneries, arrktons d½assister D

la grande remise des Oscars et des Cjsars,

arrktons la starisation de nos hommes et

femmes politiµues. Reprenons le chemin

de la rjflexion.

l¨tilfe Ó\alle

ŒÏ¨£iques ·BÏisie££es

Ìp˜e\Ýi¨£ fe ¨£B˜f 3Ïuž·c Buï ÝBÝsŽ

5£isc B fp–H |BiÝ \¨u˜eÏ ReBu\¨u· fÌe£Ž

\Ïe½ ˜˜e £¨us B ·˜¨£ƒps fB£s u£ pÝBÝ fe

sifpÏBÝi¨£c \¨žže ˜e ÏeïiÝc Bu·BÏBíB£Ýc

eÝ \¨žžeu žBis £¨us £Ì¨s¨£s e£ ·BϘeÏ

i\ic e£ ÏB£\ec ÝB£Ý ˜e £¨ž fe MBÏi£e e

.e£ qui íie£Ý Buï ˜síÏes si |B\i˜eže£Ýc

·¨uÏÏBiÝ s¨££eÏ ˜e ƒ˜Bs fÌi˜˜usi¨£s ·Bώ

Ýies e£ ˜BžReBuï½

"¨tre |a\u˜tp dÌaRs¨r·t¨nc

¨uc mas –usÄųêÅ

roits roserìos